Robe Magnolia – Deer and Doe


Couture, Couture femme / mardi, mai 19th, 2020

A l’heure où les robes Passiflore commencent à fleurir sur la toile je vous présente ma Magnolia ! A force de voir des versions toutes plus canons les unes que les autres cela fait un moment que j’avais envie de coudre ce modèle dans une jolie viscose. J’ai trouvé mon bonheur chez Mimi Monde, à Nouméa, avec cette viscose toute légère et fleurie.


Je te préviens tout de suite cet article est un peu long, alors fais toi une bonne tasse de thé, installe toi confortablement et c’est parti pour la présentation de ma robe Magnolia et ses ajustements !

Ce modèle n’est plus à présenter et, comme tu le sais sûrement, cette robe propose plusieurs options : décolleté plus ou moins profond ; courte ou longue et fendue ; manches longues ou papillons. J’ai choisi de coudre la robe en version longue et avec le décolleté sage mais en doublant le corsage comme sur le modèle avec le décolleté plus profond. En effet le tissu choisi est une viscose plutôt fine et j’avais peur que cela soit transparent.

J’aime beaucoup la robe avec les manches longues, mais soyons réalistes, si je voulais la porter souvent il fallait des manches courtes. Or je ne suis pas fan des manches papillons. D’autant qu’avec la combinaison choisie (robe longue et décolleté sage) je trouve que cela fait beaucoup de matière. J’ai donc eu envie de remplacer les manches par de petits mancherons volantés dont je parle en détail plus loin (eh oui, il faut continuer à lire !)

J’ai lu à plusieurs reprises que cette robe pouvait se faire en 4 à 5 heures, ou même 3 heures ! Je ne comprends pas. J’avais déjà remarqué que je mets souvent beaucoup plus de temps à me coudre des vêtements que ce que l’on peut parfois lire, mais là c’est un record ! Entre le décalquage du patron (j’entends déjà les fans de patrons pdf me dire d’arrêter d’opter pour les patrons pochettes. Mais bon, on ne va pas se mentir, scotcher des feuilles de patron pdf c’est hyper long aussi !), les 3 toiles, la découpe du tissu fuyant, la pose du biais d’encolure, l’ourlet… Je ne sais pas combien de temps j’ai pu y passer mais peut-être presque 4 fois plus de temps que ça. C’est grave Docteur ? Dites moi que je ne suis pas la seule dans la team escargot ?!

Les toiles et les ajustements du corsage

Afin d’avoir un corsage joliment adapté à ma morphologie j’ai décidé de faire une toile (ce qui s’est finalement transformé en 3 toiles…) Pour cette première version, j’ai coupé une taille 38 au niveau de la carrure et qui s’évase en 40 à la ligne de taille.

Première toile (je n’ai pas de photo portée).

Sur cette première toile je me suis aperçue de plusieurs choses :

  1. Un petit excédent de tissu au niveau de l’emmanchure dos, sur l’omoplate. Je l’ai pincé et épinglé pour pouvoir corriger le patron à cet endroit
  1. Taille trop haute par rapport à ma taille naturelle, il fallait la descendre de 3 cm pour que cela soit plus joli. De plus, sur le haut de la ceinture, le milieu devant était un peu trop haut par rapport aux côtés, je l’ai donc descendu de 1 cm pour la deuxième toile. Je te montre en images comment j’ai fait :
Afin d’abaisser le milieu devant (marqué par un cran sur le patron) de 1 cm je dois redessiner le bas des deux pièces de corsage devant.

Pour cela :

  • Je les positionne comme quand elles seront cousues en superposant les marges de couture
  • J’abaisse le cran du milieu devant de 1 cm (point M sur la photo)
  • Je retrace la ligne de taille entre A et C
  • Pour que le bas des pièces reste équilibré je m’assure que les points B et C descendent d’autant (ici 6 mm chacun)
  • L’astuce pour reporter sur la pièce du dessous (ici la pièce corsage devant) la ligne tracée sur la pièce du dessus (ici corsage côté devant) est d’utiliser la roulette.
Pièces du corsage après ces modifications.
  1. Un excédent de tissu au dessus de la poitrine, comme pour l’embu au niveau de l’omoplate, je pince et j’épingle le surplus de tissu pour que cela se pose plus joliment sur le corps

L’embu est pincé au dessus de la poitrine. Pour reporter cette modification sans toucher à la ligne du décolleté, je positionne ma pièce de toile à plat sur le patron sur la ligne de décolleté et je redessine l’emmanchure et une partie de la découpe princesse (en rose sur la photo ci-dessous).

Ouf ! Après toutes ces modifications voici mes 3 nouvelles pièces de corsage ! Et c’est l’heure de faire une deuxième toile pour vérifier le seyant de ce corsage modifié.

C’est beaucoup mieux mais la profondeur du corsage est encore trop importante pour ma poitrine.

Je décide alors de faire un SBA. Peut-être aurais-je dû commencer par ça avant de faire toutes les modifications présentées plus haut ? Qu’est-ce que tu en penses ?

En pinçant le tissu au niveau de la poitrine il y a 2,2 cm de trop. Je fais donc un SBA, comme expliqué sur le blog de Deer and Doe de 1,1 cm sur la pièce corsage côté devant. La valeur obtenue pour A est de 0,9 cm, c’est celle que j’utilise sur la pièce corsage devant.

Après cette nouvelle modification du patron je fais donc une troisième toile.

L’ajustement n’est toujours pas parfait, mais je mets cela sur le dos du tissu cartonneux utilisé pour faire la toile, du non-repassage et puis je commence à en avoir marre de toutes ces modifications alors zou ! Je passe à la suite et je commence enfin ma robe.

Le biais d’encolure

La viscose choisie pour cette robe est très fluide. Il paraissait donc plus adapté de faire mon biais dans les chutes de tissu plutôt que d’alourdir l’encolure avec un biais du commerce (ils ont toujours très rigides, non ?) Mais justement parce que cette viscose est très fluide, elle est aussi glissante et après 3 toiles je n’avais pas envie de passer 100 ans à faire du biais avec un tissu récalcitrant. Je me suis donc rabattue sur un biais que j’avais en stock et qui avait une couleur qui allait bien avec mon tissu. Mais tu sais, un biais bien rigide, qui a bien donné un aspect cartonneux à mon encolure, pile comme il aurait fallu éviter. Mais bon, tant piiiiis ! Au moins j’ai pu avancer assez rapidement sur cette étape.

Les manches

Je t’en ai parlé tout à début de l’article, je voulais réaliser de petits mancherons pour ma robe. J’ai pensé faire les mêmes mancherons que pour la robe Réglisse, de Deer and Doe aussi. Mais finalement j’avais plutôt envie de quelque chose qui se rapproche d’un volant.

A droite : mancheron de la robe Réglisse de Deer and Doe. A gauche : première tentative de manche volantée.
J’ai épinglé la première version du volant pour qu’il ne fasse pas la même largeur tout du long.
Essai sur la robe. La version finale de la petite manche est un peu plus « volantée » car je l’ai construite à partir d’un cercle.

Ourlet

Les pans de la jupe donnent à la robe une belle ampleur. Mais qui dit belle ampleur dit ourlet long à réaliser. J’ai envisagé de le faire avec le rouloté de la surjeteuse mais je n’avais qu’une bobine de fil de la bonne couleur, donc pas possible. Ensuite j’ai voulu faire un ourlet mouchoir. Est-ce que tu connais cette finition ? Je pourrai l’expliquer dans un prochain article si tu me le demandes en commentaire. Mais la dernière fois que je l’avais fait sur une robe avec beaucoup d’ampleur j’avais trouvé ça looooong !

Et là tadam ma copine Béa m’a proposé de me prêter son pied ourleur pour machine à coudre. La bonne idée !! Ce truc est GE-NI-AL ! Bon, je ne vais pas te mentir, j’ai eu du mal à le prendre en main, heureusement que j’ai une copine patiente et qui m’a montré comment faire (merciiii Béa !). Une fois que l’on prend le truc c’est super, cela permet de faire un joli petit ourlet très étroit en une seule étape.

Bon, ça y est j’ai fini de raconter l’aventure de la confection de ma Magnolia ! Il y a encore quelqu’un ? Merci si tu as tout lu ! Alors qu’est-ce que tu en penses ? As-tu toi aussi cousu cette robe ?

10 réponses à « Robe Magnolia – Deer and Doe »

    1. Bonjour ! Je suis ravie que le billet t’ait intéressée et que tu aimes les petits mancherons. Tu parles de Magnolias au pluriel, c’est un modèle que tu as déjà cousu plusieurs fois ?

  1. Oh, c’est très réussi dis donc, je préfère les manches comme ça d’ailleurs ! Ça doit être sympa quand il y a du vent !
    Moi je ne fais jamais de modèle aussi compliqué (un jour peut-être ?), et jamais de toile non plus et pourtant je mets toujours plus de temps qu’indiqué ( et en plus après c’est mal ajusté). C’est comme les recettes de cuisine où on ne compte pas le temps de déballage des ingrédients, de vaisselle… Je me demande si le temps de patronage est censé être compté. Peut-être que c’est top chrono le bruit ou tu enclenches ta machine sur le bon tissu, et encore !

    1. Merci beaucoup ! Cela me fait très plaisir que ça te plaise. Je suis rassurée de ne pas être la seule à être lente 😉 Il faut que l’on continue à pratiquer pour devenir de vraies pro !!

  2. Bonjour, avez vous posé le zip invisible ? Comment cela se présente avec vos modifications ?
    Pas: j’ai adoré vous lire

    1. Bonjour ! Oui j’ai posé le zip invisible, son montage n’était pas du tout impacté par les modifications que j’ai faites. Je n’ai pas pensé à faire une photo pour le montrer en détail, j’y penserai la prochaine fois. On le devine sur la photo la plus à gauche de la ligne de 3 photos tout en bas de l’article.
      Je suis très heureuse que l’article vous ait plu, merci de l’avoir lu et de me laisser un commentaire !

  3. Oh mais qu’ils sont mignons tout plein ces petits volants! Pourrait-on voir à quelle forme ça ressemble au niveau patron, j’ai bien envie de m’y essayer 🙂 Je trouve ta version vraiment magnolifique! Bravo pour toutes ces modifications, je pense me contenter des manches #petitejoueuse 😉

    1. Merci beaucoup, ton message qui me fait très plaisir ! Oui bien sûr pour le patron des manches, je te l’envoie par mail parce que je ne peux pas coller d’image dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *