Sac Alegria – Valencroix


Accessoires, Couture / lundi, juillet 13th, 2020

Le mois dernier j’ai participé à un challenge sur Facebook avec mon sac SoCath de Valencroix (que je vous avais présenté là). Ce challenge était sur le groupe « Challenges du mois Couture Maroquinerie et Mode », j’ai eu la chance de gagner et le prix était d’intégrer l’équipe des testeuses de Valencroix ! Trop trop cool ! C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai pu tester son nouveau patron : le sac Alegria.

Alegria est le 4ème patron de sac que Valencroix commercialise, comme les 3 premiers c’est un patron pdf libre de droits. Alegria est un sac rectangulaire dont les dimensions sont 35 x 22 x 10 cm, suffisamment grand donc pour y glisser des pochettes avec des papiers si l’on doit transporter des documents ou pour y fourrer tout son bazar. Il a de nombreuses poches (7) et il ferme sur le dessus par un zip.

Je tiens à préciser que la créatrice ne m’a donné aucune restriction sur le contenu de cet article, aussi je te livre mon expérience pour la confection de ce sac en toute transparence !

Choix des matières

Quand j’ai reçu le patron et le tutoriel pour coudre ce sac j’ai tout de suite pensé qu’il plairait à ma maman, c’est vraiment son style. J’ai donc rapidement décidé qu’il serait pour elle et j’ai choisi des couleurs qui pourraient lui plaire. Mon choix s’est porté sur un simili orange lumineux, un jacquard coordonné avec des motifs orange, framboise et gris (le framboise est ma couleur préférée alors c’était chouette de l’intégrer !) et une fibranne à motifs polynésiens orange et framboise pour la doublure. J’avais en stock une fermeture séparable gris clair de la bonne longueur et je l’ai agrémentée d’un passepoil maison framboise.

Matériel pour la réalisation du sac.

Après avoir coupé les différentes pièces du patron je les ai quasiment toutes entoilées pour que le sac ait une très bonne tenue. J’ai entoilé :

  • Les pièces en jacquard des faces extérieures du sac avec un entoilage assez rigide
  • Les pièces en jacquard de la parementure et des côtés de la fermeture à glissière avec un entoilage fin
  • Toutes les pièces en fibranne (doublure) avec un entoilage fin
  • Le fond du sac en simili avec un entoilage très rigide

Les seules pièces que je n’ai pas entoilées sont celles en simili des petits côtés et celles qui composent les sangles.

Réalisation

C’est la première fois que je cousais du jacquard. C’est très beau et bien épais mais qu’est-ce que cela s’effiloche vite ! Pour ne pas que mes pièces rétrécissent trop à force de s’effilocher je les ai surfilées. Pour cela j’ai utilisé le pied de surjet fourni avec ma machine à coudre, je ne m’en étais encore jamais servi ! J’ai été super contente de le découvrir et de voir qu’il permet de faire un très beau travail. Je n’ai jamais trop aimé surfiler au point zigzag car je trouve que cela déforme le bord du tissu et tire dessus. Mais là pas du tout ! La finition est vraiment belle car le pied gère la tension du fil et permet aux points d’être bien à plat. Maintenant que je l’ai testé et apprécié Je me demande bien pourquoi je ne m’en étais jamais servi… Ce qui est sûr c’est que je l’utiliserai maintenant régulièrement.

Après avoir surfilé toutes les pièces en jacquard j’ai choisi d’ajouter :

  • Un passepoil framboise sur le haut de la poche extérieure en jacquard pour souligner l’arrondi de cette pièce
  • Une pression en résine pour fermer cette poche
Passepoil et pression ajoutés à la poche extérieure.

Dans le tutoriel fourni avec le patron il est conseillé d’utiliser de la sangle pour faire les anses du sac. Je n’en n’avais pas en stock et ne pouvais en recevoir dans les temps si j’en commandais. J’ai donc confectionné des sangles coordonnées à mon sac, comme pour le SoCath. Je suis très contente du résultat, c’est joli mais qu’est-ce que c’est loooong à faire ! Ça rajoute beaucoup de travail ; déjà que je ne suis pas rapide !…

Confection des sangles.

Et cela m’a également joué un tour ! Au moment de l’assemblage des sangles sur les faces extérieures du sac : impossible de faire les surpiqûres sur les anses… J’ai longtemps essayé, pensant que cela finirait pas marcher, mais non ! Rien à faire, il y avait bien trop d’épaisseurs. Pas moins de 14 !! 3 de simili, 4 de jacquard, 3 de fibranne, 2 d’entoilage épais, 3 d’entoilage fin.

Assemblage des faces extérieures du sac.

J’ai donc ressorti ma vieille machine à coudre que les épaisseurs ne font pas sourciller : une Elna Supermatic, un modèle produit entre 1956 et 1958. Je ne te l’ai encore jamais montrée sur le blog, je lui consacrerai probablement un article un jour car c’est une petite merveille.

Mais cela n’a pas fonctionné. C’était vraiment trop épais et je n’ai pas réussi à mettre mon ouvrage sous le pied presseur. J’ai fini par aller le faire chez une dame du village qui a une machine industrielle. Bon… il faudra certainement que je réfléchisse mieux à mon choix de matières et d’entoilages la prochaine fois ! Cela fait partie de ce que j’adore avec la couture, à chaque projet j’apprends de nouvelles choses et il y a toujours des progrès à faire.

Une fois les grands côtés du sac terminés je les assemble aux petits côtés puis au fond. Une étape un peu musclée puisque mon ouvrage est vraiment rigide avec toutes les épaisseurs mais cela s’est passé sans encombre.

Je suis contente après ces étapes, où il a fallu dompter toutes ces épaisseurs bien raides, de passer à la couture de la doublure. Sur l’un des grands côtés il y a une poche zippée et sur l’autre une poche plaquée bordée d’un ruban (avec des ananas bien sûr !) et séparée en deux.

Comme je te l’ai dit un peu plus haut j’ai ajouté un passepoil le long de la fermeture à glissière. Je trouve cette finition très jolie.

Dernière étape : assembler la doublure au sac, retourner et faire une surpiqûre tout autour. Je redoutais le moment de retourner le sac (toujours à cause de toutes les épaisseurs) mais le tutoriel recommande de le faire en mettant l’extérieur du sac dans la doublure endroit contre endroit. Il n’y a donc qu’à faire glisser la doublure pour la retourner et la mettre dans le sac. Cela se fait très vite et facilement. Quel soulagement !

Petit loupé au moment de faire la surpiqûre sur le haut du sac… j’ai piqué le bout de la fermeture avec !

J’aurais mis du temps à faire ce sac, il a de nombreuses pièces et j’ai choisi des matières et des entoilages épais mais qu’est-ce qu’il est beau ! Il a une tenue incroyable, sa taille et ses poches sont fonctionnelles et il est plein de peps avec de belles couleurs lumineuses.

Merci Valencroix de m’avoir donné l’opportunité d’être testeuse, cela m’a beaucoup plu !


3 réponses à « Sac Alegria – Valencroix »

  1. Il est juste superbe ce sac.
    J’ai très envie d’acheter le patron et de m’inspirer de votre réalisation…
    Combien d’heures faut-il compter pour le coudre ?

    1. Merci beaucoup ! Je suis super contente qu’il te plaise et très flattée que tu veuilles t’en inspirer 🙂
      Les patrons de la créatrice sont en promotion jusqu’à dimanche soir, c’est le moment de craquer !
      Je ne me souviens plus combien d’heures j’ai passé à coudre ce sac, mais pas mal. Il a de nombreuses pièces et j’ai choisi des tissus et entoilages épais qui ne m’ont pas facilité la vie. Mais ça vaut le coup, il est vraiment sympa ce modèle.
      Si ça te dit de me montrer une photo de ton sac quand tu l’auras fini, je serai ravie de le voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *