Après avoir passé du temps sur ma dernière robe (une Magnolia, article à retrouver ici) j’ai eu envie d’un projet couture simple et avec un résultat rapide. Exit les toiles et autres ajustements ! Je me suis donc tournée vers un modèle de robe en jersey : la robe Zéphyr de Deer and Doe.

J’avais en stock un coupon de jersey de polyester brossé double, qui avait été précisément acheté pour ce patron il y a tout pile un an et qui attendait son heure.

J’ai découvert cette matière dans un article du blog de Camille « l’attaque du découd-vite ». Elle y présentait une robe givre avec un très joli jersey fleuri. Jersey qu’elle qualifiait de « bien élastique et nerveux, et surtout super super doux », ma curiosité était piquée : il fallait que je m’en commande un coupon !

La robe Zéphyr a une jolie coupe, très féminine. Le corsage a un joli décolleté et des découpes princesse devant et dos, il met en valeur la taille et la poitrine. La jupe patineuse a ce qu’il faut d’ampleur pour donner un côté dansant à la robe.

D’après le tableau des mesures je fais un 38 pour la poitrine et un 40 à la taille et aux hanches. J’ai donc coupé la jupe en 40 et les pièces de corsage en 38 qui s’évasent vers un 40 à la taille.

J’ai souvent besoin de faire un ajustement petite poitrine (SBA) sur les patrons comme ceux de Deer and Doe prévus pour des poitrines plus généreuses que la mienne. Mais comme je te l’ai dit plus haut, pour ce projet, je n’avais pas envie de faire une toile, j’ai donc coupé mes pièces puis je les ai assemblées avec le point le plus long de ma machine à coudre pour faire un essai avant de tout assembler à la surjeteuse.

Assemblage au point le plus long de la machine à coudre (5.0). Pour ce projet j’ai utilisé des pinces type Wonder Clips plutôt que des épingles car j’ai trouvé ce tissu difficile à épingler. Dans ces cas là je pose le couvercle d’une petite boite à côté de la machine à coudre pour les mettre au fur et à mesure que je les enlève, pour ne pas qu’elles s’éparpillent partout et tombent par terre.

Ce premier essayage m’a permis de voir qu’un ajustement du corsage ne serait pas nécessaire. Bonne nouvelle !

Mais, à ma grande surprise, il m’aura aussi permis de voir que le motif du tissu était positionné de façon peu heureuse de part et d’autre de la taille. Une fois que je l’ai remarqué je ne voyais plus que ça. J’avais peur que cela m’empêche d’apprécier et de porter ma robe. J’ai donc recoupé une pièce de corsage devant, en faisant plus attention à l’endroit où je positionnais la pièce de patron sur le tissu.

Pièce corsage devant recoupée pour ne pas qu’il y ait la répétition du motif.

Maintenant place à l’assemblage à la surjeteuse. J’adore utiliser cette machine pour les projets en jersey. C’est vraiment trop chouette de pouvoir assembler et surfiler en une seule étape. Et ces finitions… waouh !

Avant de commencer la couture avec la surjeteuse je fais toujours des essais sur des chutes du tissu. Lors de ces essais je me suis aperçue que lorsque j’étirais le tissu le fil blanc de l’aiguille de gauche était visible, je l’ai donc remplacé par une bobine de fil violet, coordonné à mon tissu. J’ai laissé les autres en blanc car je trouvais que c’était plus joli sur l’envers blanc du tissu.
Les essais permettent également de bien régler la machine. Ici j’utilise le point n°1 « safety 4 fils » de ma surjeteuse Elna 664 Pro. Habituellement pour ce point la tension des 2 fils d’aiguilles et des 2 boucleurs est réglée sur 3. Là pour un meilleur rendu je mets les tensions sur : 5 pour le fil d’aiguille de gauche, 4 pour l’aiguille de droite, 4 pour le boucleur supérieur, 2 pour le boucleur inférieur.
Je n’ai pas enlevé la couture faite pour l’essayage, je m’en sers comme repère pour coudre à 1 cm du bord. As-tu remarqué les 2 traits sur le pied de la surjeteuse ? Ils indiquent la position des 2 aiguilles. Pratique !

Cette robe est plutôt rapide à réaliser. Les étapes les plus longues ont été de décalquer le patron, de comprendre comment réaliser le V de l’encolure et d’effectuer toutes les surpiqûres à l’aiguille double. Si je devais en faire une deuxième bientôt je pense que cela serait possible en une après-midi. C’est chouette d’avoir des projets rapides entre des projets plus complexes et plus longs.

Je suis très contente de ma nouvelle robe. Elle est douce, agréable à porter, vraiment confortable tout en étant jolie. Une vraie réussite !

Si cela t’intéresse je pourrai écrire un article sur la surjeteuse et ses réglages. N’hésite pas à me le dire en commentaire !